On retrouve sept grandes fermes sur le territoire de Guyancourt qui toutes ont réussi leur reconversion.

Du moyen-âge jusqu’à la Révolution française, terres et seigneuries se sont transmises à Guyancourt, ainsi que les fiefs appartenant à moult propriétaires qui ont joué un rôle important dans l’Histoire de France.

Il existait deux fermes dans le hameau de Troux situées exactement l’une en face de l’autre : la plus grande des deux acquises par les Dames de la Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr en 1658 (devenue IPSL) et une autre ferme plus modeste devenue le CAP St Jacques appartenant au Roi. 

- La première faisait partie d’un domaine faisant vivre un pensionnat de jeunes filles réclamé au Roi par Mme de Maintenon. Celui-ci était situé à Saint Cyr. en 1808, Napoléon Ier y installa sa fameuse École militaire et de nos jours les bâtiments sont occupés par le Lycée Militaire. 

- La deuxième était une des fermes du Roi destiné à l’approvisionnement du Château de Versailles.


     
     

 


 Cap Saint Jacques

La deuxième ferme, rachetée par l’Evêché de Versailles en 1984 devient le « C.A.P Saint Jacques. » ce qui veut dire Centre d’Accueil et de Prière St Jacques. 

Ce haut lieu de la vie ecclésiale de St Quentin en Yvelines connut de nombreux projets différents au rythme de l’évolution de la démographie de ces villes. 

Tout au long de ces années des équipes de bénévoles, amoureux du lieu, veilleront fidèlement sur les bâtiments. 
En 2013, une première tranche de travaux de rénovation est entreprise pour moderniser et renouveler l’ensemble. 

Aujourd’hui, le site Cap Saint Jacques se partage entre activités d’église et lieux réservés aux acteurs de la vie économique. 

Une aile du bâtiment est maintenant dévolue à la location de salles pour les réceptions ou les séminaires d’entreprises.

Ferme de troux en 1900 Cap Saint Jacques en 2013